Le BazzArt de Kalys

Le bazzart de l’horreur

La découverte du Blog Horreur de Jack Parker m’a tellement, mais tellement donné envie de me replonger dans l’épouvante que je ne résiste pas à en faire mon billet de réouverture. Attention,il est atrocement long !

Amours anciennes

Mais pourquoi avoir délaissé mon genre de prédilection ces deux dernières années (et du coup vous infliger un article fleuve) ?

Il y a deux raisons à cela. La première, c’est que j’ai passé de nombreuses soirées avec Ubik, à regarder des films ou des séries notamment, et que l’horreur, c’est pas son truc. J’ai bien réussi à lui montrer deux-trois choses (les films de zombies que j’ai chroniqués ici, on les a tous vus ensemble et il les a aimés) mais il est quand même très réticent.

La seconde, c’est qu’avant je n’avais pas Netflix, et si j’ai encore une dizaine de DVD à regarder, ce sont tous des slashers aux scénarios plus ou moins débiles. J’ai beau me considérer comme une véritable fan de films d’horreur sous toutes leurs formes, je ne porte pas les slashers spécialement dans mon cœur. Le gore n’a jamais été ce qui m’attire dans l’épouvante – même si j’ai poussé le vice jusqu’à voir, un jour, le remake de House of wax avec Paris Hilton1 (et même si j’ai acheté cette dizaine de DVD, donc).

Paris Hilton dans House of Wax

J’avais découvert à cette occasion que Paris Hilton n’a pas de cerveau. En tout cas, des deux côtés du truc qu’elle a dans le crâne, il n’y avait que du sang.

 

J’adore avoir peur, pas vomir de dégoût (de mon point de vue, les fans de slashers sont soit dépourvus d’imagination, soit c’est juste que, contrairement à moi, ils n’ont pas la phobie du sang. J’ai pas réussi à trancher2.)

Toujours est-il que la ferveur de Jack m’a rappelé combien j’aimais l’horreur et combien me manquaient ces soirées passées à frissonner sous mon plaid, Machiavelo3 à portée de main. Son article Le cinéma d’horreur et moi m’a fait réfléchir à mon propre rapport à ce genre, d’autant plus qu’elle n’a que trois ans de moins que moi, et que nous n’avons pas vraiment les mêmes références ni la même manière de réagir face à la peur.

La piste du crime

Je ne me souviens pas très bien de la chronologie des événements. Je crois qu’il y a d’abord eu, à dix ans, peut-être un peu moins, peut-être un peu plus, ces « images volées » de L’exorciste, diffusé chez des amis de mes parents, et que, je n’en doute pas, nous n’étions absolument pas supposés regarder. Maloriel, qui avait de la jugeote, s’était éclipsée. Moi j’ai eu le temps de voir le premier quart du film, jusqu’au moment où Regan est projetée dans tous les sens sur son matelas. Scène qui m’a durablement impressionnée, puisque j’ai mis des années avant de me décider à regarder la suite.

Entre temps, il y a eu les Chairs de Poule (Jack a tellement raison, La nuit des pantins, mon dieu), X-Files et Ça (le livre. J’ai vu le téléfilm il y a une dizaine d’années « seulement ».) Puis Shining et tous les autres Stephen King, Simetiere en tête.

Pourquoi ça me plaisait ? Avec Stephen King, je pense qu’il y d’abord eu ce petit frisson, en pénétrant dans le monde des « grands ». Shining, c’est mon premier livre emprunté au rayon adulte de la bibli. Ma copine Clémentine et moi nous sommes ensuite échangé quantité de ses romans, et si nos parents ne surveillaient nos lectures que de loin, il y a eu une fois où les siens, ayant eu vent de notre vilaine passion, nous ont encouragées à lire plutôt Charlie que Misery, disons. Et mon père a refusé de m’acheter Jessie. J’étais curieuse…

Les Chairs de Poule étaient globalement divertissants.

Quant à X-Files… Je pense que la série jouait sur une envie qui est profondément ancrée dans l’athée convaincue que j’étais déjà à l’époque : celle de croire. Croire qu’il existe autre chose, que le monde est magique. Que la mort ne signe pas la fin.

Ensuite, il y a eu une soirée-pyjama :) Nous avions loué Le dentiste et un Freddy. Je pense que c’était La revanche de Freddy mais je n’en suis pas tout à faire sûre car 1/ Je ne l’ai plus jamais regardé, 2/ J’ai pourtant vu les autres par la suite.

Je ne peux pas dire que je m’en souvienne comme d’une partie de plaisir. Bien qu’il ne dure qu’une heure et demie, je l’ai trouvé effroyablement long – et pas parce que je m’ennuyais. Je n’avais jamais autant flippé de ma vie. Je voulais que ça s’arrête, sans être pour autant capable d’appuyer sur « eject » : jusqu’au bout, j’ai espéré que Freddy meure, qu’il disparaisse une bonne fois pour toute afin que je retrouve l’espoir de dormir un jour.

C’est marrant, parce que je devais avoir quinze ans, et que la plupart des gens avec qui j’en ai parlé l’ont vu plus jeunes et n’en ont certainement pas gardé un tel traumatisme.

Bref, évidemment, Freddy ne meurt pas. À côté de lui, le fameux dentiste ne m’a pas vraiment impressionnée, et Ju et moi avons dormi, si je me souviens bien, la lumière allumée.

Le dentiste avec son tourne-vis

Je vous mets une image du 2, que je n’ai pas vu, parce que celles du premier sont vraiment trop dégueulasses. Je me demande comment ça se fait que je ne m’en souvienne pas mieux.

 

Mais enfin, pourquoi ??

J’ai beau savoir que la trouille est un sentiment envahissant et difficile à contrôler, j’ai du mal à comprendre les gens qui ne souhaitent pas s’y confronter (soit tout mon entourage, à l’exception de Maloriel ;))

J’aime avoir peur, et en même temps, je n’aime pas du tout ça. Ça dépend de l’intensité, je pense. Par exemple, ma sœur et moi pouvons témoigner d’au moins une nuit blanche consécutive au visionnage de L’exorciste, et franchement, c’était pas marrant. Mais la délicieuse inquiétude qui étreint la poitrine pendant et après avoir vu un bon film, ça, c’est très cool. En venir à faire croire son propre cerveau, quand, comme je le disais, on est profondément rationnel, c’est génial.

Ce qui m’a le plus interrogée dans l’article de Jack, c’est qu’on ne gérait pas du tout la peur de la même manière.

Mon rapport à l’horreur n’est pas détaché, distancié. Je n’avais jamais pensé à son truc, de se mettre du côté des méchants pour désamorcer l’angoisse qu’ils nous inspirent. Ça ne me serait jamais venu à l’idée, parce que je fonctionne justement à l’empathie avec les personnages – cela dit, si j’avais su, j’aurais peut-être essayé, parce que certains films m’ont plongée dans un état de stress confinant à la panique.

Un des trucs qui m’a le plus fait peur au cours de ma vie, c’est un épisode d’Au-delà du réel que j’ai regardé par hasard avec mon père, alors que je devais avoir seize ans, dans lequel un gamin est attiré sous son lit par un ours en peluche qui lui dit « Viens me chercher, je suis coincé… » Je crois que je ne l’ai même pas vu en entier. Pourtant, les circonstances ne se prêtaient pas vraiment à l’immersion. Pareil, revoir des extraits du Sixième sens dans une piaule de cité U pendant une soirée tarot avec des potes m’a donné des sueurs froides (heureusement Régina4 a éteint la télé parce qu’elle déteste les films d’horreur).

Pourtant, bon… En le revoyant, comment dire… (je donne des vues à un parano qui voit des illuminati partout en linkant cette vidéo, mais c’est la seule que j’ai trouvée)

 

En bref, je suis quelqu’un d’extrêmement trouillard. Mais je n’échangerais cette peur contre la tranquille certitude que le monde n’est rien de plus que ce qu’on en perçoit pour rien au monde. Je crois que c’est cette envie de croire au surnaturel qui explique ma passion pour l’horreur, car je préfère imaginer qu’il existe des démons que rien du tout.

Là où c’est étrange, c’est que, j’enfonce le clou, je suis une personne très cartésienne. Pourtant, je suis plus sensible aux histoires fantastiques.

Il y a des thrillers particulièrement réussis qui foutent les nerfs en pelote parce qu’on se dit que ça pourrait très bien arriver en vrai. C’est crédible, on le sait qu’il y a des tarés partout. Dans le genre, j’ai été trèèès perturbée par The Strangers, celui de Bryan Bertino, avec Liv Tyler et Scott Speedman. Motel m’a également bien tenue en haleine.

Mais je suis généralement bien plus terrifiée par les créatures surnaturelles. Je ne sais pas pourquoi, mais mon cerveau semble admettre comme bien plus vraisemblable que Regan se matérialise dans mes escaliers plutôt que ma maison soit prise d’assaut par un tueur psychopathe.

La danse de Pazuzu

Beaucoup plus crédible, c’est évident. (je pourrais mettre des images bien plus flippantes de L’exorciste, mais là est tout le problème : elles sont beaucoup trop flippantes.)

 

Le catalogue Netflix

Du coup, j’ai décidé de me mater le catalogue horreur de Netflix, comme l’a fait Maloriel il n’y a pas si longtemps. Histoire de me faire plaisir, et de creuser la question.

Je prends les films comme ils viennent, sans sélection, sauf si le film est manifestement une foire au gore. Même s’il semble évident que le film va être mauvais, je teste : ça fait partie du plaisir. Je suis prête à m’enfiler du navet. C’est pour la science ;P

Sachez qu’à l’heure actuelle, j’en suis à vingt-six films. Mais pas de panique, je ne vous parlerais pas de tous… Enfin, pas tout à fait. (Allez, partez pas, je plaisante : je vous ai concocté un top 10 !)

On commence tout de même avec le film à éviter à tout prix, histoire de s’en débarrasser : la série de courts-métrages rassemblés sous le titre Holidays. De très mauvais goût, à la limite du choquant. Je vous donne un aperçu des notes que j’ai prises :
Apparemment, dans l’esprit des scénaristes, une fille harcelée au lycée a des raisons de l’être : elle est impopulaire parce qu’elle est folle. Du niveau d’une blague de footballeur.
Nope, people were right. This is terrible. Et pas dans le bon sens5.
Nan, même second degré, je peux pas. Hey ! Seconde fois de ma vie où j’arrête un film avant la fin !

Dans le même genre, évitez The Black Room… C’est… Monstrueux. C’est l’histoire d’une vieille femme et de sa petite fille (une jeune femme) qui sont torturées par un Incube… En dehors du fait que la réalisation en elle-même est déjà très mauvaise, c’est le truc le plus vulgaire et débile qu’il m’ait été donné de voir depuis longtemps (et j’en ai vu environ trois minutes, c’est dire).

Hors compétition :

XX – Quatre courts réalisés par des gonzesses. Mes commentaires sont laconiques, mais je voulais en parler parce que c’était vraiment pas mal. La réalisation m’a plutôt scotchée.

The box

Premier film décevant, belle réalisation, mais joue trop sur la non-révélation : je ne peux que penser que les réal non plus, n’ont pas la moindre idée du fin mot de l’histoire.

The birthday party

Fin décevante en regard du reste ; une touche d’humour lourdingue totalement inappropriée par rapport au reste, plus subtil, avec encore une fois, une belle réal.

Don’t fall

Une idée menée jusqu’au bout, avec toutes les qualités des précédents (plans audacieux).

Her only living son

Bien aimé aussi, comme quoi je suis toujours en désaccord avec les commentateurs, qui jugeaient les deux premiers films plus réussis.

12. Espectros (elle triche !!! C’est pas un top 10 !!!)

C’est l’histoire d’une médium qui se renferme sur elle-même après avoir été violée. Elle se terre chez elle, devient parano, installe des caméras partout… Et commence à voir des fantômes, du genre sanglant. Je le mets dans ma liste parce que… J’ai d’abord trouvé ça long, puis j’ai trouvé ça bien. J’ai cru déceler plein de trucs super originaux et intéressants. À la fin… je n’ai rien compris. Une expérience étrange.

11. Clinical

Clinical raconte le parcours d’une psychiatre qui n’a pas su sauver une de ses jeunes patientes, laquelle lui a démontré son incompétence avec une grande violence. Traumatisée, elle ne traite plus que les cas « pas graves ». Jusqu’à ce que survienne cet homme défiguré. Elle ne peut s’empêcher de voir en lui une sorte de miroir, et accepte ce patient en dépit du bon sens. Je n’ai pas aimé la fin, mais le film m’a tenue en haleine, peut-être parce que la folie et les blessures de l’esprit m’ont toujours fascinée.

Le patient défiguré

Oui bon, défiguré, on a vu pire quand même.

 

10. Under the shadow

Pendant le conflit irako-iranien, une jeune femme se retrouve seule avec sa fille parce que son mari a dû partir au front (il est médecin). La petite est pénible, elle prétend que des gens lui parlent, elle veut aller chercher le doudou qu’on lui a « volé »… La mère commence à perdre patience, jusqu’à ce qu’elle expérimente elle-même des choses un peu bizarres, voire carrément flippantes. Ce que j’ai préféré dans ce film, c’est le mélange entre les ressorts fantastiques (il est question de djinns…) et la mise en scène du quotidien dans une ville en guerre et régie par un Islam sévère. Ça fait réfléchir.

9. Grave Encounters

Je pense que Grave Encounters aurait pu obtenir une meilleure place dans ce top s’il n’avait été tourné en found footage. Cela sert le propos, bien sûr, mais je continue d’être malade quand la caméra n’est pas fixe. Or au début du film, nos cinéastes pourtant pas amateurs abusent du zoom-unzoom et des travellings brutaux.

Sinon, Grave Encounters m’a bien angoissée. L’équipe de chasseurs de surnaturel, qui n’assiste jamais à rien d’intéressant, mais trouve toujours un moyen de contourner le problème, décide de passer la nuit dans un ancien asile (on ne peut pas décemment appeler ça un hôpital psy, question d’époque). Une nuit qui vire au cauchemar total quand nos larrons réalisent qu’il se passe des trucs pas nets et surtout, qu’ils ne peuvent plus sortir. Les personnages sont hyper crédibles et l’ambiance, claustrophobique6.

8. Horror Story

C’est l’histoire classique des jeunes un peu bêtes qui veulent passer la nuit dans un hôtel à l’abandon, réputé hanté. Sauf que, déjà, ils sont Indiens, et rien que pour l’hallucinant mélange d’hindi et d’anglais qu’ils parlent, c’est exotique. En dehors de ce détail, le scénario et la réalisation sortent des sentiers battus, on se demande vraiment comment tout ça va finir et là encore, les personnages sont assez crédibles pour en devenir attachants. (Y’a une des filles, elle me fait penser à Cordelia Chase, trop bizarre.)

Les acteurs d'Horror Story

Elle, là. La deuxième en partant de la gauche…

 

7. Honeymoon

Maloriel en a parlé ici. Je ne suis pas convaincue par la fin, trop explicite à mon goût, mais pour le reste, je rejoins la frangine. Ce film était perturbant.

6. La maison des ombres (The awakening)

Florence Cathcart a une dent contre les charlatans. Nous sommes en 1921, et cette femme beaucoup trop indépendante pour son bien être et donc ô combien charismatique s’est fait un métier de traquer les pseudo-médiums et les faux esprits. Invitée dans un pensionnat isolé au fin fond de l’Angleterre pour enquêter sur un décès a priori dû à un fantôme, elle voit sa conviction vaciller. Les spectres qu’elle devra affronter seront en grande partie les siens.

Rien que pour le décor, j’adore ce film. Ajoutez une femme de chambre jouée par Imelda Staunton (Dolores Ombrage !), un scénario original et une ambiance gothique à souhait, et vous obtiendrez un film absolument parfait pour cette saison.

5. Délivre-nous du mal (Deliver us from devil)

Un flic sapé comme un gangsta enquête sur une histoire de possession impliquant des vétérans de l’Irak, et à laquelle il n’accorde aucun crédit. Il en vient à croiser la route d’un prêtre renégat qui s’intéresse également à l’affaire. Tous deux vont s’associer, car le prêtre inspire nettement plus confiance aux personnes concernées, et détient certaines informations.

Après L’exorcisme d’Emily Rose, Scott Derrickson renoue avec le thème de la confrontation entre raison et foi, dans une ambiance poisseuse et profondément mystique. Plus réussi que Sinister, que j’avais beaucoup apprécié aussi, Délivre-nous du mal est tout simplement plus subtil. Il aborde par le côté un certain nombre de sujets importants, dont celui de la vengeance, dont j’ai retenu qu’elle détruit toujours le vengeur (ce qui sous-entend que la justice est là pour le confort des vengeurs, pour leur éviter les affres de l’auto-destruction.)

Par ailleurs, le film ne manque pas d’humour, et le fait que pour une fois ce soit un homme qui est possédé ne manque pas d’attiser mon intérêt.

Bien sûr, la réalisation est léchée – une scène, dans le zoo, m’a évoqué un passage très similaire dans la série Penny Dreadful, tant dans les couleurs que la mise en scène. Mais surtout, c’est la bande-son qui m’a fascinée. Il paraît que le film s’inspire d’un bouquin évoquant des faits réels. Moi, j’ai l’impression qu’à l’origine du film, il y a les Doors. Le marine possédé ne parle pas latin : il cite les paroles de Jim Morrisson dans la version live de The Celebration of The Lizzard King. Dans un autre passage, on peut voir un tag sur un mur : People are strange. Les Doors sont partout, et c’est complètement mystique.

La peluche qui fait peur

Putain ! Un hibou en peluche trop flippant ! Je sais, j’aurais dû vous prévenir que ce post contiendrait des images pouvant heurter la sensibilité.

 

4. III Le rituel (III The ritual)

Ce film est… un ovni.

Pavel Khvaleev

Et le réalisateur, un reptilien, de toute évidence.

Pavel Khvaleev étant russe, j’en conclus hâtivement que c’est en Russie que se déroule le film. Une épidémie frappe le petit village où vivent Ayia et Mirra. Leur mère décède rapidement. Peu de temps après, Mirra tombe malade à son tour. Ayia, prête à tout pour sauver sa sœur, fait appel à un vieil ami de la famille, le Père Herman. Celui-ci lui apprend l’existence d’un rituel permettant d’entrer dans la conscience d’autrui, afin d’y traquer ses plus grandes peurs… car c’est là, in fine, que se trouve la cause de toutes les maladies.

Je vous montrerais bien la bande-annonce, mais comme toujours maintenant, elle dévoile tout le film.

Que dire… Ce film est sublime. Chaque plan est un tableau. La photographie est à tomber par terre. Ça parle de l’amour qu’on peut porter à autrui, et de ce qu’on est capable d’entreprendre pour lui. Des peurs enfouies dans l’inconscient. C’est hyper touchant, et complètement mystique.

Seul bémol, la fin, que je n’ai pas vraiment comprise et qui dénote avec le reste. Mais c’est trop court pour que je m’en soucie. Un putain de coup de cœur.

Pénitents sur l'horizon

 

3. Satanic

Satanic n’a absolument pas sa place dans mon top 3. Il est ridicule, caricatural, insupportable. Sauf que… Comme dit Maloriel, c’est un putain de Troll. Y’a pas d’autre mot. Pendant une heure, j’ai pris un nombre incalculable de notes, à propos des personnages qui sont des connards arrogants, de la musique flippante qui continue après la séquence d’introduction où l’on nous cite Coleridge (« Speak too liberaly of the devil… and his horns soon appear »), du scénario débile et incohérent, de l’absence de lien entre les scènes… Jusqu’aux vingt-cinq dernières minutes.

Et là, tu comprends que tu t’es fait balader d’un bout à l’autre. Que toute cette merde ne visait qu’à t’endormir – parce que, comme les protagonistes, tu t’attendais à ce que le diable soit un démon de carton-pâte qui fait se pisser les filles dessus tout en baragouinant du sumérien.

Alors qu’il est beaucoup, beaucoup plus flippant que ça. « L’Enfer n’est pas un lieu… » Les vingt dernières minutes m’ont mise hyper mal à l’aise. Elles sont véritablement cauchemardesques.7

2. Ne t’endors pas (Before I wake)

C’est l’histoire d’un couple dont l’enfant s’est noyé dans la baignoire. Ils ont enfin l’occasion d’essayer de tourner la page quand ils parviennent à adopter Cody, un gosse tout mignon qui vogue de famille d’accueil en famille d’accueil.

Déjà, je suis toujours très touchée par ce thème des parents qui ont perdu un gosse, et ceux-là ont un jeu particulièrement émouvant. Leur culpabilité s’entend dans leurs dialogues.
Ensuite… Cody fait des rêves. Des rêves qui prennent forme dans la réalité. Des rêves qu’il modèle sans le vouloir pour faire plaisir à ceux qui l’entourent. C’est ainsi que sa mère adoptive va tout faire pour qu’il s’endorme, car alors lui apparaît son enfant mort. Sauf que Cody a aussi un cauchemar…

Ne t’endors pas est super poignant. Bien sûr, il y a des maladresses, comme la meuf des services sociaux, que je ne trouve pas très crédible (mais c’est Annabeth Gish alors je lui pardonne, parce que j’étais juste contente de la voir). Ça ne m’a pas empêchée de pleurer : c’était beau, subtil, lent, différent. C’était pas un film d’horreur, plutôt un drame psychologique mâtiné de fantastique, un peu à la manière du Labyrinthe de Pan (j’ai dit « un peu »). Et comme il appartient au catalogue horreur, alors banco.

1. Jessie8 (Gerald’s Game)

Jessie non plus n’est pas un film d’horreur, mais qu’importe : de toute façon, il a sa place dans mon panthéon, tous genres confondus.

Il fallait une certaine audace pour adapter ce roman de Stephen King, dont l’intrigue repose, au-delà de son prémisse, sur la psychologie de son personnage. Jessie est attachée et ne peut pas bouger : les trois-cents pages du bouquin sont consacrées à ce qui se passe dans sa tête pendant ce temps-là. Allez en faire un film, vous.

Eh bien le pari est réussi. Le film fait preuve d’inventivité pour contourner le problème, et les acteurs, excellents, font le reste. J’avais oublié la plus grande partie de l’histoire : le mari violent, les rapports avec le père, le symbolisme de l’éclipse, des menottes, de l’homme à la mallette.

Les sujets abordés sont terriblement casse-gueules, et le film parvient à les traiter avec une grande intelligence, la même dont Stephen King a fait preuve. Il y a de la nuance, de la finesse psychologique, jamais d’évidences ou de manichéisme.

Les plans sur le chien ou sur l’homme-clair de lune fonctionnent un peu comme des tableaux ou des arcanes de tarot. Ils sont terriblement réels et archétypiques à la fois. Pardonnez mon langage confus : je viens de voir un épisode de Chroma dans lequel Karim Debbache rappelle qu’il y a deux genres d’amateurs de cinéma – ceux qui aiment les films, et ceux qui aiment les films qu’ils aiment. J’appartiens à la deuxième catégorie.

Jessie m’a profondément troublée – il faut dire que King est un des rares auteurs à écrire des personnages féminins forts (dans tous les sens du terme) et que j’ai été très sensible à l’aspect introspectif de son aventure. Quant à la face jaune de Carel Struycken, elle n’a pas fini de me hanter !

J’aurais aussi pu parler de…

  • Emelie (de bonnes intentions et beaucoup de maladresses, ce qui en fait un film tout à fait dispensable)
  • Mirrors (décidément, en dehors de Haute Tension, les films d’Alexandre Aja me laissent plus ou moins de marbre)
  • Los Innocentes (un drame familial/historique avec du fantastique)
  • The Craft (enfin revu !! Quel bonheur, même si c’est bidon !)
  • No estamos solos (j’ai passé un bon moment, mais je ne m’en souviens pas des masses)
  • Les griffes de la nuit 2010 (Freddy… Qu’est-ce qu’ils t’ont fait ?)
  • I am the pretty thing that lives inside the house (fascinant par sa lenteur, il finit néanmoins par ennuyer, puis son propos n’est pas très clair)
  • Disparues (ça se passe en Corée, quand le pays était sous le joug du Japon. Ça commence comme un film de fantômes et ça finit… tout à fait ailleurs. C’était pas mal du tout.)
  • The Pact (des erreurs de montage, des fantômes un peu bêtes et une fin stupide, n’empêche, j’ai hésité à le mettre dans mon top, j’ai passé un bon moment)
  • First Blood (inattendu ! Je le conseille, ce film sort des sentiers battus par bien des aspects, à commencer par les personnages principaux)

Voilà, c’est la fin de la tartine :)


1 Wikipédia m’informe que le House of Wax de 1953 était déjà lui-même un remake d’un film de 1933. Personne n’a d’imagination, dans le cinéma.

2 Ce choix de verbe est tout à fait judicieux.

3 Machiavelo est un raton-laveur en peluche que j’ai sauvé d’une mise au rebus certaine quand je travaillais à Québec, pour ceux qui l’ignorent. Quant à son nom, c’est la faute de Gradlon (qui commente souvent ici, essayez de suivre.)

4 Ouais, j’ai une amie qui s’appelle Régina. Ça fait un peu trop penser à L’Exorciste. Heureusement qu’elle est rigolote (mon amie, pas Regan).

5 À ce moment, je binge watchais The Big Bang Theory et je pensais fréquemment en mauvais anglais :)

6 C’est à Maloriel que revient la maternité de cet adjectif bien pratique.

7 Gradlon, je t’entends déjà rigoler, alors tu te tais, s’il te plaît:D

8 Deux films de Mike Flannagan aux deux premières places ! Affaire à suivre…



Quelque chose à ajouter ?

fleurs stylisees fleurs stylisees