Le BazzArt de Kalys

Nain

Bon. J’ai bien écouté les cinq titres, disponibles en libre téléchargement, extraits de la BO du nouveau David Fincher et composés par Trent Reznor et Atticus. Trois fois, pour être précise. Mais l’impression demeure : il a perdu quelque chose, Trent. Bien sûr, je ne souhaite à personne d’être perpétuellement triste ou enragé… Mais dans son cas, la sérénité retrouvée a un air de vide. Comme si depuis qu’il avait arrêté la drogue (peut-être qu’il en prend toujours en fait – ce n’est pas parce qu’il prétend avoir composé sobre pour la première fois sur With teeth qu’il en a fait un art de vivre), comme si, disais-je, sa sérénité nouvelle ne lui permettait plus de composer autre chose que des pièces certes élégantes mais creuses. Oh, elles sont jolies, les compo de How to destroy angels. Ah, ils plaisent sûrement beaucoup aux Inrocks, les morceaux qui composent Ghosts. Mais enfin, A warm place n’était déjà plus le hurlement primal d’un type écorché. A warm place était apaisé, sans que cela l’empêche d’être profond, bouleversant.
Les nouvelles compo de Trent sont creuses. Léchées, mais creuses. C’est comme écouter les morceaux les plus psychédéliques du Floyd : à moins d’être complètement défoncé, y’a pas grand-chose à y entendre. C’est super bien composé mais ça s’écoute comme on regarderait une toile où l’assemblage de couleur est harmonieux mais ne représente rien.
Autant, d’un point de vue professionnel, je trouve que Nine Inch Nails, à l’inverse de Marilyn Manson, a évolué pour le mieux (meilleure cohésion du groupe sur scène, mise à disponibilité des nouveaux titres sur le Net à des coûts abordables, tentative d’explorer de nouveaux horizons), je suis déçue par le résultat. Ah, c’est sûr que ça fait mieux d’écouter The Slip que The High End of Low, mais pour le coup, j’éprouve une certaine tendresse pour ce dernier…
Bon, c’est sûr que je préfère avoir du respect pour Trent que de la pitié pour Marilyn. Mais, même si c’est de manière très différente, je suis triste de constater que l’évolution musicale des deux me déçoit. Et j’en suis d’autant plus triste que NIN, c’était le dernier bastion de mon adolescence. Le seul qui ne m’ait pas déçue, justement.
Après, gardons les points sur les i : Trent est grand. Très, très grand. Et si quelqu’un d’autre que moi se permet de le critiquer, ça ira mal :D


Quelque chose à ajouter ?

fleurs stylisees fleurs stylisees